Essai à l’Université de l’Oregon

Utilisant le simulateur d'intérieur avancé unique développé par le Dr Jessica Green et son équipe de l'Université de l'Oregon, betterair a été appelé pour montrer ses mérites dans diverses conditions et types d'agents pathogènes. Il est rendu possible par la capacité d'introduire des agents pathogènes dans la chambre de manière précise et contrôlée.

Université de l’Oregon – Essai Enviro-Biotics®.

betterair avait choisi le centre de recherche BioBe (Biologie et environnement bâti) de l’Université de l’Oregon, dirigé par le Dr Jessica Green, une pionnière mondialement connue des études sur le microbiome de la construction.

BioBe et betterair ont lancé une recherche collaborative sur l’impact de la technologie betterair Enviro-Biotics® sur un microbiome intérieur. La chambre de simulation de contrôle climatique unique de l’Université de l’Oregon a été spécialement équipée, offrant une introduction contrôlée d’agents pathogènes qui ont été mesurés, catalogués et quantifiés. Dans cette configuration, la viabilité microbienne du traitement Enviro-Biotics® sur les surfaces et l’effet antagoniste contre les microbes pathogènes d’intérieur ont été mesurés.

Les plaques ont été préchargées avec des communautés microbiennes associées à l’homme (HAMC) vivantes ou stérilisées, qui ont été obtenues à partir de poussière d’aspirateur homogénéisée et filtrée provenant de trois bâtiments occupés distincts. Le traitement a duré deux semaines en utilisant l’appareil Biotica 800 de betterair avec des réglages standard dans la chambre climatique (25,75 m3) avec l’humidité, la température de l’air et les taux de renouvellement d’air maintenus constants pendant toute la durée de l’expérience et dans la plage typique d’un usage résidentiel bâtiments. L’échange d’air a été maintenu au minimum acceptable via les normes ASHRAE pour les immeubles de bureaux occupés. Tout l’air entrant a été filtré à MERV 15.

Efficacité prouvée contre les agents pathogènes.

Le traitement probiotique a montré un effet antagoniste clair contre trois agents pathogènes microbiens typiques d’intérieur :

Escherichia coli – une bactérie pathogène causant un large éventail d’infections liées à l’homme.

Staphylococcus epidermidis – un agent pathogène courant qui infecte les patients dont le système immunitaire est affaibli, notamment dans les hôpitaux.

Cladosporium sp. – une moisissure pathogène d’intérieur. Ses spores en suspension dans l’air sont des allergènes importants qui affectent gravement les asthmatiques.

L’effet d’inhibition sur E. Coli et S. epidermidis est représenté sur la figure 1. Une application continue pendant 14 jours a supprimé le nombre de bactéries pathogènes par rapport au témoin.

Après le régime de traitement de 14 jours, les décomptes d’E. coli et de S. epidermidis dans le contrôle non traité ont augmenté de façon spectaculaire, tandis que leurs décomptes dans les échantillons traités ont été maintenus bas en raison de l’effet d’inhibition des probiotiques.

L’effet antagoniste contre Cladosporium sp. était encore plus impressionnant comme on peut le voir sur la Fig. 2 : Cladosporium sp.

 

Par conséquent, on peut conclure qu’à partir du 8ème jour, un effet antagoniste significatif a été démontré sur le Cladosporium sp. champignons pathogènes. L’effet antagoniste contre Cladosporium sp. était encore plus impressionnant comme on peut le voir sur la Fig. 2 : Cladosporium sp. les comptes ont augmenté significativement plus au fil du temps dans les échantillons témoins par rapport aux échantillons traités (Fig. 2 ; χ2 = 12,3, P < 0,001).

 

Conclusion

Le traitement Enviro-Biotics® a montré un effet antagoniste clair contre les agents pathogènes introduits dans la chambre climatisée – Escherichia coli, Staphylococcus epidermidis et Cladosporium sp. Leur existence n’est pas fortuite car ces espèces sont très populaires parmi les agents pathogènes microbiens typiques d’intérieur. Ceux-ci sont connus pour être nocifs pour les personnes, capables de provoquer un large éventail de maladies acquises par l’homme.

 

Apprenez-en plus sur le microbiome des bâtiments en écoutant la conférence du Dr Jessica Green sur la plateforme TED : Filtrage des mauvais microbes ?

Are we filtering the wrong microbes?

https://www.youtube.com/watch?v=7JsNH7A4qM0